Le couperait viens de tomber sur Montréal, terminé les sacs de plastique dans les commerces

La règlementation interdisant les sacs de plastique chez les commerçants entre en vigueur le 1er janvier 2018

1er janvier 2018, le couperait viens de tomber sur la Ville de Montréal. Terminé les sacs de plastique données ou vendus à 5 sous chacun par les commerçants.

En fait pas tous les sacs de plastiques seront interdits mais tout ceux inférieur à 50 microns.

L’administration municipale a adopté ce règlement plutôt en 2017, par soucis de réduire l’empreinte écologique des montréalais qui magasinent.

Les commerces auront jusqu’au 5 juin prochain pour respecter cette nouvelle règlementation. Par la suite, les contrevenants pourraient se voir imposer des amendes allant jusqu’à 2 000 $ pour la première fois, et 4 000 $ pour une récidive.

ConsoXP s’opposait à cette règlementation de un parce ce que les sacs de plastique ne sont plus ce qu’ils étaient. Nombreux sont maintenant biodégradables. Deuxièmement parce que le but ultime de cette règlementation n’est pas de réduire l’empreinte écologique mais de répondre à l’agenda caché du lobby des grandes entreprises de faire fermer davantage de petits commerçants. Évidemment politiquement ça parait bien de vouloir réduire l’empreinte écologique des montrélais qui magasinent mais la réalité est que cela va coûter davantage aux consommateurs montréalais.

Cette mesure interdisant les sacs de plastique va faire très mal aux commerçants des différentes promenades ici et là dans la ville que ce soit la Promenade Masson, la Promenade Fleury, la Plaza St-Hubert, les petits commerçants de la rue Sainte-Catherine, ceux du boulevard Saint-Laurent ou de la rue Saint-Denis ou encore ceux de l’avenue du Mont-Laurier ou de la rue Laurier.

Tous ces petits commerçants accèssibles facilement à pied par les résidents du Plateau, de Rosemont, d’Ahuntsic ou d’Outremont vont grandement souffrir.

Pour la simple raison que les achats spontanées vont diminuer grandement. Qui ne se promènent pas avec ses amis ou sa blonde ou son chum un samedi matin sur l’avenue du Mont-Royal, la promenade Masson ou la plaza St-Hubert et décident comme ça tout bonnement d’entrer dans une boutique et de faire des emplettes. Bien cette spontanéité est terminée car aucun piétons ne va traîner dans sa poche de jacket ou son sac à main un sac réutilisable.

Même chose du côté des petites fruiteries.

En affaires ça ne prend pas grand chose pour passer des profits aux pertes. Les pertes font en sorte que les commerçants mettent la clé dans la porte. L’arrivée suite de la fin de cette spontanéité des acheteurs fera en sorte que plusieurs commerçants vont passer des profits aux pertes.

Intedire les sacs de plastiques est une mauvaise règlementation. Faire passer leur prix à 20 sous au lieu de 5 sous aurait été un incitatif pour diminuer grandement leur utilisation sans faire mal aux commerçants ni au pouvoir d’achat des consommateurs. Mais les interdire va faire mal irréparable à nombreux commerçants et faire mal à la liberté de magasinage des consommateurs montréalais.

La fermeture des fruiteries de quartier,  fera plaisir aux grands épiciers.

La fermeture des commerçants de quartier fera plaisir aux centre d’achats et aux magasins à grandes surfaces.

Mais cela va diminuer grandement la vie de quartier des montréalais.

Nombreux Montréalais près de la Rive-Nord de Montréal vont aller dans les commerces de Laval et Terrebonne parce que là-bas il n’y a pas ce type de règlementation.

C’est toute l’économie de Montréal qui se verra déstabiliser.

Au bout du compte c’est le consommateur de quatier qui perd dans tout cela et son empreinte écologique de consommateur sera plus grande que jamais alors qu’il devra se déplacer en véhicule ou en transport en commun pour se rendre à des commerces plus loin de son domicile.

Pléonasme politique tout de même très important ici car la nouvelle maire de Montréal, Valérie Plante, a fait campagne pour justement favoriser et développer la vie de quartier à Montréal. Il est étonnant qu’elle n’est pas décidé de renverser cette règlementation adoptée par l’administration précédente.

Comme quoi qu’une fois au pouvoir ce que les politiciens ont dit et ce qu’ils font c’est deux. Mais ne rien aire est adhéré à ce que l’administration municipale précédente a adopté et être de connivence avec elle et même se rendre responsable de la détérioration de l’économie de Montréal que cela engendra et du même coup des pertes d’emplois en découlant.1

Mais d’un autre côté il ne faut jamais sous-estimé la force du lobbying des grandes entreprises sur les différents palier de gouvernement.

Nous apprécions l’application du règlement chez Maxi & Cie qui offrira des sacs de plastique conforme au règlement à 10 sous chacun. Malheureusement ce ne sont pas tous les commerçants qui seront en mesure d’offrir ce type de sacs de plastique à 10 sous chacun. Maxi & Cie bénéficie d’un pouvoir d’achat sans précédent sur ces sacs, elle peut donc se permettre de les « vendre » aux consommateurs à 10 sous chacun.

 

Règlementation municipale sur l'interdiction des sacs de plastique chez les commeçants à Montréal

 

Voir aussi

Laisser un commentaire