Faut-il interdire la distribution du Publisac?

Doit-on interdire la distribution du Publisac?

Faut-il interdire la distribution du Publisac? ConsoXP s’est penché sur la question.

Certaines villes du Québec étudient présentement la possibilité d’interdire la distribution du Publisac sur leur territoire. C’est le cas, par exemple, de Montréal.

Tout d’abord, revenons à la base. Qu’est-ce que le Publisac? C’est physiquement un sac de plastique recyclable contenant des circulaires de commerçants fait de papier recyclable. Ces circulaires permettent aux consommateurs de connaître les rabais offerts par les commerçants.

Il existe aussi une version Internet, Publisac.ca, qui permet de consulter les circulaires en ligne.  Ce n’est pas aussi élégant que Reebee, mais ça permet de consulter toutes les circulaires des commerçants.

La distribution du Publisac permet aussi, dans certaines villes et arrondissements, de distribuer le journal local.

Bien sûr avec la visite de la petite suédoise Greta Thunberg, en septembre dernier au Canada,  la fibre écologique de certains citoyens du Québec s’est développée subitement et ils réclament haut et fort la cessation de la distribution du Publisac.

On se calme! Il y a toute une armée de personnes qui travaille à la production papier et la distribution des circulaires.  Transcontinental, la société productrice du Publisac, ne cesse de nous le rappeler et elle est même derrière une campagne pro Publisac (www.jaimemonpublisac.ca) et sur les médias sociaux. Nous pouvons les comprendre, c’est leur bébé. Ils poussent un peu le bouchon avec leur fibre écologique en mentionnant que ça se recycle et que ça fait tourner l’industrie du recyclage au Québec. Il ne faut quand même pas gaspiller pour recycler.

S’il y a un débat de société à partir sur la distribution du Publisac, faisons-le calmement, en toute logique, et assez simplement.

Tout d’abord, aux villes qui étudient l’interdiction de la distribution du Publisac sur leur territoire, nous jugeons qu’un tel règlement va à l’encontre des droits et libertés des individus.

Nous avons une solution bien simple à tout ce débat et qui saura plaire à tous.

Que ceux qui s’opposent de recevoir le Publisac à leur domicile affichent sur leurs boîtes aux lettres un autocollant indiquant leur refus de le recevoir.

Que ceux qui distribuent le Publisac soient rigoureux dans la distribution en respectant les autocollants de ceux qui refusent de le recevoir.

Tout le monde y gagne. Dossier réglé! Maintenant, n’y a-t-il pas des débats plus intelligents à avoir au Québec que le sort de la distribution du Publisac? Par exemple, les milliards de litres d’eaux usées que les villes du Québec jettent dans les cours d’eau de la province!

À LIRE AUSSI

Pourquoi un mouvement Antipublisac (anti Publisac)?

IMPORTANT: Bien que Casyna, les propriétaires de ConsoXP, possède également un site Internet du nom de VosCirculaires.com, nous ne croyons pas que notre opinion soit biaisée.

La photo du haut est tirée du site Internet Publisac.ca

3 Thoughts to “Faut-il interdire la distribution du Publisac?”

  1. Laurent David

    100% d’accord. Laissons le choix aux citoyens de recevoir ou non le Publisac.

    Moi, ça ne m’est pas utile, je vais sur Internet, mais ma mère dans son 4 1/2, elle apprécie beaucoup le Publisac avant de se déplacer faire ses emplettes.

  2. Louis-Jean Roy

    Ça va tu finir de se mêler de la vie du monde. On reçoit des publicités de pizza, de sushis via Postes Canada, pis on écoeure pas personne avec ça?!. Laissez vivre le monde et les distributeurs de Publisac. C’est un gagne-pain pour bien du monde démunis.

  3. Damien Lapointe

    Bien non. Le Publisac est désuet en 2019 avec toute la technologie disponible. Les seules personnes qui sont incapables de se servir d’un téléphone intelligent ou d’un ordinateur ne méritent tout simplement pas de sortir magasiner.

    Allumez! Nous sommes en 2019 et les circulaires virtuelles existes.

Laisser un commentaire