Fin des activités de Wow air, ConsoXP propose la création d’un comité d’urgence international

Wow air logo

Combien de fois c’est arrivé dans le passé? Des voyageurs sont abandonnésà un endroit ne pouvant reprendre leur vol de retour parce que la compagnie aérienne avec laquelle ils devaient voyager a fait faillite.

C’est exactement ce qui se passe présentement avec la faillite de Wow air. Beaucoup de voyageurs ont et sont pris en Islande. Si vous n’avez jamais été en Islande, vous devriez savoir que tout est cher dans ce pays. Ainsi des voyageurs ont déboursé jusqu’à 2 000$ pour revenir au Canada par un autre transporteur que Wow air.

C’est là que ConsoXP s’est interrogé et propose la création d’un comité d’ugence international qui permettrait à des voyageurs pris dans pareille situation de pouvoir revenir au bercail soi via des avions nolisés par ce comité ou par d’autres vols mais surtout au même prix qu’ils ont payé.

Un tel comité international serait financé à même les compagnies aériennes existantes dans le monde. Ainsi, par exemple, si chaque billet d’avion dans le monde était majoré de 2$, pareil comité d’urgence amasserait des fonds d’environ 7 milliards par année. De quoi pouvoir amasser un joli magot afin d’assumer les vols de retour des compagnies aériennes qui cessent leurs activités. Cela protègerait tellement mieux le voyageur, trop souvent laissé à lui-même dans de pareille situation.

Actuellement, ConsoXP trouve que le consommateur n’est pas bien protégé contre la faillite probable d’un transporteur aérien. Si par exemple vous aviez prévu des vacances en Islande le mois prochain et de voyager avec Wow air, vous pouvez toujours annuler votre voyage ou encore prendre des billets d’une autre compagnie aérienne. Mais imaginez si vous êtes sur place et que votre seule option est de vous procurez des billets d’une autre compagnie aérienne. L’Islande est un très petit pays, en revenir ce n’est pas comme revenir de Paris, Zurich, Los Angeles ou Shanghai. Les alternatives pour revenir d’Islande sont très peu nombreuses.

Un tel comité international doit voir le jour afin de mieux protéger les consommateurs de faillite de transporteur aérien.

 

Laisser un commentaire